Voyage 4ème-3ème 30 mai et 1er juin 2018

La randonnée réunit les jeunes, une entraide impressionnante !

Les classes de 3ème et de 4ème sont allées avec les professeurs de français et de sciences à la montagne, dans un lieu nommé Beldersoy. Deux guides nous accompagnaient : monsieur Boris et monsieur Inom. Au début ce n’était pas difficile de grimper, car on faisait des petites pauses sur chaque colline. Etau sommet, on a organisé un piquenique. Au total, on a monté 700 mètres ! Le soir, après le dîner, on a joué aux cartes, au loup-garou et à d’autres jeux. Des jeux collectifs où tout le monde a participé dans une ambiance sympathique. Certains n’avaient pas trop envie d’aller se coucher… Et en plus, on a vu un des plus beaux couchers de soleil de notre vie. Le lendemain, le lever à 7h30 du matin, et un petit déjeuner tous ensemble. Après notre repas, nous avons rangé nos affaires dans les bagages et les avons posés dans les minibus. Le deuxième jour, la chaleur était au rendez-vous, seulement 400 mètres de grimpette, et un piquenique à l’ombre. Des paysages époustouflants… en récompense de notre sueur ! Nous étions si fatigués que quelques personnes dormaient dans les minibus sur le chemin du retour.

Ce type de voyage réunit les gens, car on s’entraide et chacun pense à autrui pour lui venir en aide quand il est en difficultés. Les garçons étaient très gentils et galants avec les filles. Ils les ont aidées tout au long du notre voyage !

Un voyage plein d’émotions, pleins de bons souvenirs, et des histoires à raconter. La nature accueillante, resplendissante, les magnifiques animaux que nous sommes rencontrés, et le plus important – les gens avec lesquels nous avons passés ces jours inoubliables…

Iman Charipova, Martine Poivert

Peinture de Maria Avakyan « Les montagnes de Beldersay »

Voyage scolaire des lycéens du 4 au 7 avril 2018 : Nukus-Khiva-Moynak

Voici le résumé des élèves de leur voyage scolaire du 4 au 7 avril 2018

Première journée :

Le désir de rendre visite à la mer d’Aral nous a tous affecté depuis longtemps. Ce moment est arrivé : le 4, 5, 6 et 7 avril 2018 les classes de lycée, accompagnés de deux professeurs se sont rendus dans un voyage scolaire à Nukus, Moynaq et Khiva.

Le 4 avril, tôt le matin, on a pris l’avion pour atteindre la ville de Nukus qui se situe dans la région nommée Karakalpakstan. A Nukus, nous nous sommes installés dans un petit hôtel très accueillant et sympathique.

Sans s’attarder, à midi, on a déjà pris la route vers la mer d’Aral. On était accompagné par une guide locale qui nous a beaucoup informé sur notre pays. La région de Karakalpakstan est officiellement connue comme la République autonome de Karakalpakstan. Aujourd’hui elle occupe 37% du territoire ouzbek et dispose son propre gouvernement, sa propre Constitution, sa propre langue et… un drapeau différent de celui d’Ouzbékistan!

La route en bus a pris 4 heures pour arriver à Moynaq, l’ancien ville portuaire de la mer d’Aral. Notre première trace de perception était impressionnante ! Tout le territoire qu’occupait la mer avant ne contenait aucune trace d’eau et était complètement desséchée. Cela était causé par une surexploitation d’eau de la mer pour le développement rapide des activités de l’agriculture pendant la période de l’URSS. Nous avons exploré le «cimétière des bateaux», entouré d’un paysage qui est aujourd’hui semblable à un désert.

Plus tard, nous avons été accueillis dans une maison d’une famille karakalpaque pour un déjeuner traditionnel. Sur le chemin de retour à Nukus, on s’est rendu dans un ancien cimetière Mizdakhan étendu sur un territoire de 6 hectares et qui était jadis un cimetière zoroastrien.

Pendant la soirée, nous avons eu la chance de participer à uns master-classe de préparation de la nourriture traditionnelle karakalpaque. D’abord nous avons appris comment faire la farine dans un autre hôtel près de notre, et puis, quand on a rentré dans notre hôtel, nous avons aidé à préparer des plats nommés Gourtouk – de la pâte divisé en des morceaux ronds et de la viande d’agneau, et le Beshbarmak- le plat traditionnel de l’Asie Centrale. Une fois avoir diner tous ensemble, autour d’une grande table, nous nous sommes organisés pour jouer des jeux aux cartes.

Après avoir passé une journée pleine d’émotions positives, nous étions impatients de l’arrivée de la journée suivante…

Deuxième journée :

Après un premier jour bien éprouvant, suite à de longues heures de minibus, nous nous somme réveillés de bon coeur et de bonne humeur face à la journée passionnante qui nous attendait. Les jeunes (et les moins jeunes) se sont réunis vers 8 heures pour un petit déjeuner chaleureux et local, accompagné d’une bonne dose de caféine pour se réveiller. Dans l’atmosphère désertique de Noukous, nous avons pu visiter le musée Savitsky. Bien qu’elle fût un peu longue, la visite fut tout de même intéressante, allant de peintures censurées pendant l’époque soviétique aux costumes traditionnels du Karakalpakstan. Après 3 heures de sortie culturelle intense, les adolescents finirent par s’impatienter et réclamèrent une pause-déjeuner. C’est en attendant notre en-cas, pour le malheur de certains, que notre jeu de “killer” refit surface! Les braves  aventuriers de l’école française finirent par reprendre la route, destination Khiva. Le trajet fut interrompu à plusieurs reprises pour nous dégourdir les jambes et découvrir des ruines datant de 400 AV J.-C. Les vestiges zoroastriens semblaient être sortis tout droit du sol. Protégés par aucunes organisations, comme nous l’a indiqué la guide, les sites pouvaient faire office de véritables parcs de jeu! Arrivé à la vieille ville de Khiva, les élèves et leurs deux fidèles professeurs, se retrouvent lâchés seuls dans la nature, à l’intérieur des anciennes murailles. Dépourvus de guide, nous avons découvert l’extérieur des bâtiments embellis par des mosaïques bleues. Nous nous sommes ensuite rassasiés à l’hôtel, et sommes de nouveau ressortis mais cette fois dans la nuit noire. Après quelques minutes de promenade et une désastreuse tentative de représentation de l’école à échelle humaine, nous rencontrions l’équipe officielle de football de Khiva. Quelques minutes de réflexion, ont permis à trois courageux lycéens de défier les jeunes Ouzbeks. Ces péripéties nous ont reconduits vers l’hotel. Pour finir cette journée en beauté, monsieur Maillet fût élu maire à plusieurs reprises dans le jeu de rôle intitulé “Loups Garous”.

Auteurs : Louisa, Suzanne et Hector; trois des courageux aventuriers, contre tout guerrier.

 

Troisème journée :

Le troisième jour, 6 avril, on s’est réveillé tôt le matin, vers 6h30. Certains ont déjeuné, et d’autres ont préparé leurs bagages. Ensuite on est sorti dehors et la guide nous attendait près de la Ville intérieure de Khiva. Elle nous a fait visiter des monuments pendant 4 heures. Au cours de la visite, on a pu acheter des souvenirs en négociant les prix et prendre des photos. On était très étonné quand la guide nous appelait «Sherzod», mais ensuite on a compris qu’elle disait tout simplement «chers hôtes». On a escaladé 107 marches pour arriver au sommet d’un beau minaret. Puis, on nous a laissé un peu de temps pour aller dans un supermarché afin d’acheter quelque chose à grignoter dans le train. On a pris nos bagages de l’hôtel, on est monté dans l’autobus et on est parti vers la gare d’Ourguentch.

Lorsqu’on est arrivé là-bas, on a su que notre train part à 15h50 et non pas à 14h, donc on s’était dépêché pour rien. Certains ont décidé d’aller se promener dans la ville pour manger, et d’autres (Jasmine, Suzanne, Louisa, Yoana et Hector) sont restés à la gare. Ensuite on est entré dans le train. Cependant, il y avait seulement 3 cabines de 4 et on était 13, donc on a simplement décidé de se rassembler dans une cabine et, finalement, on s’est retrouvé à 10 dans un espace restreint. Pour tuer les 14 heures qu’on allait passer dans le train, on a joué aux cartes, à Loup Garou, à Dixit, etc. Avant de se coucher, on a écouté de la musique, on a chanté, on a rigolé… C’était la fin d’un magnifique voyage avec beaucoup d’émotions, positives et parfois négatives, mais sans doute inoubliables!

Auteurs : Yoana, Jasmine et surtout Khaled

Galerie Autograph

Les élèves de la classe de 3ème se sont rendus à la Galerie Autograph le jeudi 25 janvier 2018. Le peintre ouzbèke Yuri Grebenuk leur a présenté ses œuvres et ils ont ainsi pu  admirer sa peinture néo-impressionniste.

Voyage scolaire des CM1-CM2 à Boukhara

Les élèves des deux classes de CM1-CM2 sont partis en voyage scolaire de quatre jours à Boukhara, à 575 km de Tachkent, du 23 au 26 mai 2017.

Ils ont effectué le trajet en train à grande vitesse, l’Afrosyob. Après une visite de la vieille ville de Boukhara avec un guide francophone, ils ont rejoint leur centre d’hébergement, situé à Guijdouvan, à 60 km de Boukhara: l’atelier de céramique du maître Abdullo Narzullaev. Durant les deux jours suivants, les élèves ont alterné les activités de céramique, de broderie et de cuisine (préparation du plov et des chachliks). Ils ont aussi visité un élevage de vers à soie et participé au ramassage des cocons! Ils ont également assisté à un concert de l’école de musique de Guijdouvan et découvert les instruments de musique traditionnels.

Mais les meilleurs souvenirs resteront les moments passés dans les dortoirs et les batailles d’oreiller!

Sortie à l’usine Uztex: que faire avec du coton?

Les élèves des classes de CM2, 6ème, 5ème et 2nde sont allés visiter l’usine textile Uztex située dans le sud de Tachkent, sur l’invitation de Monsieur Beaujean,  dirigeant de l’usine. Celui-ci nous a accueillis puis nous a fait visiter les locaux en nous expliquant toutes les étapes passionnantes de la transformation de la fleur de coton sous forme de bande de tissu ou sous forme de bobines, prêtes à être exportées vers 45 pays du monde entier.

L’Ouzbékistan est un des principaux producteurs et exportateurs de coton. Le coton égrené arrive à l’usine sous forme de balles de coton comprimées de 230kg. Puis il est débarrassé des impuretés, battu, cardé afin d’aligner les fibres. Le cardage est une opération importante qui a pour but de paralléliser les fibres qui vont former un ruban. Les rubans sont ensuite groupés et étirés, puis passent dans le « banc à broches » où s’effectuent l’étirage, la torsion et l’envidage. La filature, qui fut d’abord exécutée manuellement à l’aide d’un fuseau depuis l’antiquité, puis d’un rouet inventé au XVIIème siècle est ici entièrement automatisée. Le fil affiné et tordu est finalement enroulé sur une bobine. On nous explique que le fil de coton de qualité doit être résistant, élastique et régulier. Les fils peuvent alors être tissés. Enfin, les tissus seront blanchis, teints ou imprimés selon les désirs des clients.

Le groupe a aussi visité la salle de contrôle où la qualité est étroitement surveillée, puis l’atelier de vérification des bandes de tissu où chaque petit défaut est détecté grâce à un éclairage spécial.
Enfin, la visite s’est terminée par une petite séance de questions avant le retour à l’école.

 

Sortie au théâtre de la Jeunesse

Samedi 26 novembre 2016, les élèves de la troisième à la terminale se sont rendus au Théâtre de la Jeunesse. Ils ont assisté à la pièce de théâtre « L’Alouette » de Jean Anouilh, mise en scène par Kamilla et Obid Abdourakhmanov. A l’issue de cette représentation, les élèves ont rencontré les acteurs et les metteurs en scène pour un échange convivial sur cette pièce qui retrace le procès de Jeanne d’Arc.